À propos

Lorsque je travaille au sein d’un territoire spécifique, je m’attache à comprendre sa structure et son fonctionnement. Je suis souvent amener à rencontrer l’Autre qui le peuple ou l’a peuplé sans pour autant le représenter par la photographie. En me documentant et en entrant en relation avec ces univers que je ne connais pas, je cherche à les activer plastiquement. L’objet ou l’espace photographié vide de présence humaine (ou presque) nous parlent pourtant de l’autre. Je détaille ainsi les modalités de peuplement d’un lieu ou de relations à un objet opérant une forme d’anthropologie plastique centrée sur leur histoire ainsi que sur l’autre, ses habitudes comme son rapport au quotidien. On pourrait rattacher cela à ce que Christian Boltanski nomme « la petite mémoire, une mémoire affective, un savoir quotidien, le contraire de la grande mémoire préservée dans les livres. » Le non-vu et le semblant de même que l’appropriation des images sont interrogés. De multiples stratégies sont élaborées comme le déplacement et la distanciation ou encore le jeu avec le spectateur/acteur pour favoriser l’expérience de la photographie ou de l’objet plastique présenté. De la même manière, demeure une fascination pour les objets autre que photographique notamment pour ce qu’ils véhiculent au sein de la culture populaire et la manière dont je pourrais être amenée à en déplacer le sens ou à le rendre plus signifiant.